France

Gîte des Oustaus

21 décembre 2018

C’est parti pour une nouvelle randonnée dans les Alpes et la découverte d’un gîte quasiment perdu au milieu de nul part. C’est après ma randonnée jusqu’au lac de Sainte-Marguerite que j’ai cherché un logement pour la nuit et une nouvelle randonnée le lendemain. J’ai donc commencé mes recherches en fin d’après-midi tout en roulant vers le sud du lac de Serre-Ponçon. Après plusieurs échecs sur Airbnb (pas toujours facile de loger chez des particuliers à la dernière minute), j’ai continué mes recherches sur Booking et suis tombée sur un gîte situé à Barcillonnette, une petite commune située sur l’itinéraire des villages perchés des Alpes du Sud. Pour 15 euros la nuitée et possibilité de déjeuner, j’ai choisi de réserver et de m’y rendre. Arrivée en fin de journée dans le village, j’ai décidé de me garer et de marcher à la recherche de ce gîte dont la photo était renseigné sur ma réservation. Après quelques minutes, je n’avais toujours pas trouvé l’emplacement du gîte et ait décidé de téléphoner au numéro renseigné. Il s’est avéré que le numéro de téléphone était celui de la mairie ! J’ai donc été renseigné par la maire de la commune et c’est ici que le périple a commencé : tout d’abord, on m’a expliqué que le gîte se trouvait à une quarantaine de minutes de route de Barcillonnette (jusque là, rien de bien grave, un peu de route en plus n’était pas un souci) et c’est là qu’on m’a demandé quelle voiture je possédais car le chemin à emprunter était un chemin forestier en direction du col de Peyssier et que celui-ci était plutôt étroit et cabossé. Ma Twingo étant assez légère, on m’a conseillé de rouler doucement et prudemment pour éviter de crever (ce qui était apparemment déjà arrivé à certains passants). Bon, autant vous dire que je n’avais pas envie de rechercher un autre logement d’autant plus que j’étais curieuse d’effectuer cette route ! Il était environ 20h à ce moment-là. On m’a ensuite indiqué le trajet jusqu’au col plus en détails puis annoncé que je devrais laissé ma voiture dans la forêt, là où un portail me barrerait la route à un certain point. C’est là qu’ensuite, la personne en charge du gîte viendrait me chercher en 4×4 car la route ne serait plus aussi facilement praticable. Autre point : m’arrêter à certains endroits précis car le réseau téléphonique est quasiment inexistant au gîte et que je devais la prévenir de mon avancée pour que l’on se retrouve au lieu de rencontre au bon horaire ! Une fois toute l’organisation détaillée, j’ai donc pris la route.

Effectivement, le chemin de terre était assez étroit, avec la descente de montagne côté conducteur et tantôt des roches, tantôt la forêt côté passager ! Mais je me suis retrouvée avec une superbe vue et les couleurs du coucher de soleil. J’ai probablement roulé à la vitesse de 10 km/h pendant le 3/4 du trajet. Les bosses sur la route ont de temps en temps causées des raclements sous ma voiture mais sans plus d’inquiétudes. J’ai également croisé en sens inverse une autre voiture remplie de scouts qui avaient déposés des casses-croûtes à leur groupe qui passait aussi une nuit au gîte. Une fois arrivée au point de rencontre, j’ai préparé mon sac pour la nuit et le lendemain et suis montée dans le 4×4 et nous avons roulé vers le gîte des Oustaus. Pour ceux que ça intéresse, voilà le lien du gîte. Au passage de la route, un ciel rose et arrivées sur place une chambre double pour moi seule et un accueil des plus sympa ! Le gîte propose pour 5 euros de servir un petit déjeuner le lendemain, les douches fonctionnement aux panneaux solaires car il n’y pas d’électricité et le lieu est vraiment dépaysant. Pas de réseau, pas de wifi, rien que du silence ! Au fond du plateau d’alpage où se trouve le gîte, on trouve le petit lac de Peyssier ainsi que la montagne d’Aujour. Le plateau est à 1300 mètres d’altitude et l’accès au gîte se fait en 3h à pieds depuis Barcillonnette. Après un bon petit déjeuner, direction une randonnée que l’on m’a indiqué et une petite baignade au lac de Peyssier ! J’ai commencé par rejoindre le fond du plateau en une petite heure de marche (toujours avec pas mal d’arrêts photos) puis la montée en haut de la montagne d’Aujour (1834 mètres) en 2 bonnes heures. J’ai fait le trajet en marche arrière pour revenir au lac. Il y a possibilité de faire une boucle mais les gérantes du gîte ne l’avaient pas encore tenté, alors je ne m’y suis pas aventuré ! Contrairement au lac de Sainte-Marguerite, je n’ai croisé absolument personne de la journée. C’était une super journée et ma meilleure randonnée ! Il faut noter que le gîte appartient à la commune de Barcillonnette et que les gérantes le louent pour l’été, son accès est donc limité et 2018 était un premier test. Mais l’expérience vaut le coup et j’espère que les photos en seront la preuve !

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply